Mais pourquoi cours tu ?!

Rhune 2

Hello guys,

Vous avez été nombreux à me demander depuis que je poste plus régulièrement mes sorties running, mais pourquoi cours tu ou du moins autant ?

Ayant eu une éducation plutôt sportive, du fait que mes parents étaient très sportifs, mon père est un ancien champion d’athlétisme et mes parents se sont rencontrés lors d’une compétition, il était inconcevable de passer quelconque vacances sans faire du sport. J’ai eu la chance de pouvoir partir en vacances chez mes grands parents sur la côte basque et pratiquer le tennis, le bodyboard l’été et le ski l’hiver dans les Pyrénées, ce qui est d’ailleurs ma passion. Je pratique donc le sport depuis mon plus jeune âge. A vrais dire je préférais cela à remplir les cahiers de vacances, je pense d’ailleurs que je n’en ai remplis aucun :/
En pratiquant ces sports pendant les vacances et une activité tous le long de l’année qui était soit le football soit le tennis, j’ai pu gagner en confiance et surtout avoir l’esprit de compétition qui me permet d’avoir ce sens de la gagne dans tout ce que j’entreprends aujourd’hui.

 

4327_104025403676_7779552_n

 

Cependant, ces activités sportives se sont faites rares une fois le lycée et la crise d’adolescence arrivés. J’ai commencé à fumer à l’âge de 16ans et à sortir de plus en plus. A cet âge tu penses plus à sortir le weekend que d’aller faire ton tournois de tennis, ou ton match de foot. Mais étant dans le même lycée que mon père, j’avais cette « pression » d’être le meilleur au sport auprès de son ancien entraîneur. J’ai donc choisi option sport et plus particulièrement l’athlétisme. En faisant des chronos plus que honorables en cadet (11’50 au 100m), je réussi à être plusieurs fois champion d’aquitaine au 100m et 200m et Vice champion de France au 4x100m.  Ceci m’a valu d’avoir le Bac avec un 20 en option et accrocher une moyenne de 10,04 au général. ahah Le but c’est de l’avoir non? :)

C’est que pendant le BTS que j’ai repris gentiment le football en participant à quelques entraînements mais rien de plus.

Lors de cette période, j’ai eu un choc émotionnel, car j’ai vu mourir sous mes yeux un proche. Cela m’a profondément marqué. A cela s’ajoute juste après la mort de ma grand mère qui était pour moi la personne sur laquelle je tenais énormément. C’est d’ailleurs elle que je salue aujourd’hui à chaque ligne d’arrivée et porte son porte bonheur dans mon sac.

 

17457928_10155057822004373_3937933077933256023_n

EcoTrail Paris 2017

 

Suite à ces aléas de la vie, j’ai commencé à faire des crises d’angoisses qui ont été de plus en plus récurrentes. Cela a été compliqué pour moi d’avoir cette sensation de ne pas se contrôler. On devient vraiment fou et la peur de mourir, la sensation d’enfermement, ou que personne ne pourra être la pour vous si il vous arrive quelque chose, ont été, pour ma part, très présentes.
A cela s’ajoute le fait que l’on découvre que j’ai le syndrome des loges des deux jambes et que je dois arrêter de fumer deux semaines avant l’opération et deux mois après. J’en profite pour arrêter complètement de fumer et à ce jour je n’ai plus retouché une cigarette alors que je fumais presque 1 paquet par jour.

 

10415574_677561648990862_8618247934538780164_n

Foulées Saint Aubinoise 2014

 

Puis un jour, mon beau frère m’invite à participer à une course de 10km trail découverte dans le bordelais. Je le suivais dans ses différents challenges qu’il se fixait depuis le début d’année via les réseaux et cette envie de se dépasser m’a convaincu de participer à cette course. Je finis ce 10km en 50’ ce qui est super pour moi et décide de me lancer dans la course à pied en effectuant des footings et faire quelques fractionnés afin d’augmenter ma vitesse.
Après quelques courses sur plat, je me rends compte que je prends plus de plaisir en allant m’entrainer dans la foret ou sur différents changement d’altitude. C’est donc tout naturellement que je choisi de pratiquer le Trail. Sauf que quand on est novice, on ne comprend pas forcement les d+, d-, et surtout on ne se connait pas assez afin de savoir gérer les ravitaillements et les divers états de forme sur une course.

Me voila donc à participer à différentes courses trail chez mes grands parents dans le pays basque afin de trouver du dénivelé et d’ augmenter les distances. J’apprends surtout à me connaitre.

 

14947627_10154595509174373_6084070197524092023_n

 

Au bout de 3 mois de pratique, je décide de m’inscrire à la première édition de la Skyrhune. Une course de Skyrunning (aujourd’hui dans le calendrier France) avec 21km pour 1700d+ dans le pays basque. Après avoir gravi la Rhune plusieurs fois, je me disais que la difficulté allait être simple. Or il s’agit la du pire moment de ma vie sportive. Au bout de 14km de course et 1400d+ je m’effondre à 50m du sommet. Plus de force,plus rien,énergie à 0. Suivi de course ici.

L’abandon. Qu’elle frustration. Mais je découvre ainsi ce qu’est d’apprendre de ses erreurs.  Je n’aurai jamais du participer à cette course. Il faut vraiment être prêt pour participer à ce type de course et surtout ne pas faire n’importe quoi avec sa santé. D’autant plus qu’il faisait très très chaud ce jour la et je déteste la chaleur (ma tête ci dessous l’atteste).  Je suis quelqu’un qui monte vite en température et mon cardio s’accélère afin de compenser surtout lors de grosse chaleur. Du coup je perds pas mal d’eau.  S’ajoute un métabolisme rapide et me voila vite très très mal.

 

10277847_10152686985844373_3381747076059756126_n

Skyrhune 2014

 

Cette course m’a beaucoup appris.Tant sur mon corps qu’à la manière de se préparer à un gros événements. Etre tout simplement patient.

Je ne suis pas du genre à suivre un plan d’entrainement et fais mes entraînements au feeling. J’essaye de faire une séance de fractionné, une séance de côte et une sortie longue par semaine. J’y ajoute un footing si j’ai le temps. C’est comme ça que j’ai réussi à progresser. Progresser en running, c’est courir plus vite en étant moins fatigué et donc avoir le cardio le plus bas possible. Or ma vision est plus de courir plus longtemps sans trop se fatiguer. J’ai plus de satisfaction en allant le plus loin possible et en ayant géré ma sortie le mieux possible que en faisant un 10km sous les 40min. A chacun sa vision et son objectif. Je pense qu’il faut avant tout se connaitre plutôt que de suivre des plans qui, au final, sont propre à chacun. Je me basais beaucoup sur les % de FCM, VMA etc au début. Mais quelle horreur de faire des maths en courant. Désactivez votre cardio sur une sortie et essayez de vous gérer au feeling. Vous vous surprendrez. 

 

11401548_10153330472539373_3590609696617967010_n

Trail de Saint Jacques 2015

 

Aujourd’hui je pratique le running avec plaisir, sans réel objectif de temps mais plus de distance. Je rêve de participer à un Ultra (+100km) et de continuer à vivre des moments uniques. Car chaque course est unique en trail. Vous vivez des émotions qui vous sont propres et qui varient selon votre état physique mais surtout mental. Vous comprenez que votre corps est capable de faire bien plus de choses que l’impensable et vous y prenez goût. Il y en a qui parle même de drogue. C’est surtout l’envie de se dépasser qui est de plus en plus présentes à chaque ligne d’arrivées franchies.

 

14572915_10154595509604373_3579387329845561803_n

 

Je cours autant en ce moment car je serai de nouveau sur la ligne de départ de la Skyrhune Samedi 30 Septembre à 14h. 3 ans plus tard je retente l’expérience. Ce genre de pression ! C’est une revanche sur moi même qui va se dérouler ce jour la et j’espère en ressortir en meilleur état que lors de la première édition ! Vous pourrez me suivre sur instagram, je ferai pas mal de stories afin de vous faire partager mes ressentis. En tout cas après cette course, je me dirigerai vers des courses plus longues afin de participer à l’OCC l’année prochaine. Vous pouvez suivre mes sorties via mon compte Strava ici

 

Ma tenue pour la Skyrhune

N’oubliez pas, -20% avec le code Upperwestguys sur le site Irun

FullSizeRender

 

Tshirt : Adidas ici

Short : Salomon ici

Coupe Vent : Salomon ici

Shoes : Salomon ici

Sac : Salomon ici

Chaussettes : Compressport ici

Montre : Suunto Ultra Spartan ici

Gels : Gu ici

 




22 Commentaires

  1. Emilie 29 septembre 2017 / 21 h 34 min

    Champion ! Bel exemple , bravo ton père doit etre fier !
    On pensera a toi demain pour ta revanche !
    ❤️

  2. Marine 29 septembre 2017 / 21 h 59 min

    Top de partager ça avec nous.
    C’est souvent tres « féminin » quand on entend parlé de crise d’angoisse et ça fait plaisir d’entendre des expériences similaires et surtout apprendre une autre façon de gérer et compenser.
    Bon courage pour demain !
    Et surtout surtout du plaisir !

  3. Olivia 29 septembre 2017 / 22 h 14 min

    Coucou Matthieu, je te suis depuis quelques mois déjà (je vais être depuis que je suis Noholita) je pratique aussi la course par passion.
    Franchement, c’est impressionnant ce que tu fais et le mental que tu as acquis suite à tes entraînements et à tes compétitions. Je me suis confrontée au 20km de PARIS l’année dernière je n’étais pas aussi préparé que j’aurai dûe et j’ai abandonné toute compétition (la peur de l’échec), je me débrouillé bien en 10 et 15km, je me suis dis que sa serai easy lol à la fin j’ai cru que j’allai mourrir lol.
    Mais je me suis remis à courir 2 fois par semaine apres le travail et Sa fais tellement de bien (j’arrête de raconter ma vie lol).
    En tout cas je t’admire tu n’as jamais abandonné er je te dis merde pour samedi.
    Bonne soirée et bon repos.

  4. Cenilade 29 septembre 2017 / 22 h 15 min

    Hello Math,

    J’ai adoré cette article un peu « humeur » comme tu le dis .. C’est la première que je lis, que comme moi, après le décès d’un proche, cela déclenche des crises d’angoisses .. Et là impossible de courir, car comme tu le dis si bien, Je me sens incapable de me contrôler et mon coeur s’emballe. J’étais plutôt forte en sport à cette époque (6eme, 5eme) et surtout en athlétisme, je courais avec les garçons, j’avais participé à des courses régionales et du jour au lendemain, je n’y arrivais plus. Ma première crise d’angoisses s’est d’ailleurs déroulée pendant un cours de sport .. Je me souviens encore d’un cours de 4eme où j’étais à bout de souffle, complètement rouge tomate, je ne voulais pas m’arrêter, je n’acceptais d’être aussi faible d’un coup et j’éprouvais une frustration énorme ! Ça fait bien 15 ans et je n’ai jamais réussi à reprendre le dessus; J’ai pourtant essayé, mais en lisant ton article, je me dis que je ne me suis peut-être pas laissé le temps ! Ton article m’a remotivé ! Je n’avais pas complètement perdu espoir puisque J’ai quand même acheté un tapis de course il y a un an 😉 mais demain, je m’y remets !!

    En tout cas, très beau challenge, je te souhaite de reprendre ta revanche !!

  5. Mathilde 29 septembre 2017 / 22 h 16 min

    C’est cool de parler de toi et d’apprendre à te connaître.
    good luck, ta grand mère sera super fière de toi à la ligne d’arrivée !

  6. Noémie malet 29 septembre 2017 / 22 h 18 min

    Merci énormément pour ce partage , a travers tes photos, tes snap et autres je trouve que tu transmet a la fois une sensibilité mais aussi une force mentale, et grâce à ce petit morceau de ta vie jai pu confirmé ce ressenti . Merci et hâte de suivre tes prochaines aventures . FORCE

  7. Cindy G 29 septembre 2017 / 22 h 22 min

    Bonne course Matthieu, je te souhaite de réussir à te surpasser pour cette deuxième tentative..
    mon mari est comme toi un traileur.. je vous admire, cette capacité à se donner à fond comme ça, il a finit cette année l’ultra Trail du mercantour (145km pour 10000d+) et il sera probablement au départ de la TDS l’année prochaine.. si tu fais l’OCC, j’aurai peut être le plaisir de te croiser et t’encourager.
    Baieta comme on dit chez moi
    Cindy

  8. Camille C 29 septembre 2017 / 22 h 27 min

    Je n’y connais rien, je ne suis pas une sportive et pourtant je trouve ton post très intéressant. Mon Mari pratique le Trail aussi. Et à chaque arrivée je me demande comment et pourquoi il se fait endurer ça. Et je retrouve son discours dans le tien.
    C’est sympa de te connaître un peu plus personnellement à travers ce post.
    Bon courage pour demain !
    Avec toi …

  9. Math 29 septembre 2017 / 22 h 50 min

    Courage et lâches rien ! Force à toi. Content d’avoir donné cette envie de reprendre :)

  10. Math 29 septembre 2017 / 22 h 51 min

    Avec plaisir de se croiser à Chamonix :)

  11. Derya 29 septembre 2017 / 23 h 04 min

    Merci pour ce partage rempli de good vibes. Je ne peux plus courir depuis mon opération du dos alors Ca fait toujours un bien fou de suivre les aventures des autres. En tout cas tu aimes ca et ca se ressent quand tu partages tes footing du soir ou lors de tes courses. Bonne chance pour demain!

  12. Charlotte 30 septembre 2017 / 0 h 17 min

    Merci d’avoir trouver les mots pour décrire ce que tu as ressenti durant tes crises d’angoisses. J’ai traversé également une période similaire au niveau du ressenti mais pour d’autres raisons. Très bel article et qui change un peu.
    Merci de nous faire partager cette histoire car ça pourrait aider certaines personnes à mettre les mots sur ce qu’ils/elles ressentent et les aider à avancer.
    Bonne continuation à toi

  13. Camille Gomes 30 septembre 2017 / 0 h 23 min

    Hello mathieu !
    Sympathique cet article confession. Je me retrouve un peu d’ailleurs. Je suis une très grande sportive. J’ai été en sport étude en gymnastique jusqu’au jour où je me suis cassée le tendon d’Achille, la déprime totale.. Je n’avais plus réellement de repère. Et un jour, je me suis mise au fitness, j’ai adoré !! J’essaye de courir mais avec mes chevilles ou autre blessures, ce n’est tjs pas évident. Mais ayant tjs envie de me dépasser et aller au delà de mes limites, puis en regardant tes snaps, j’ai participé à ton concours pour les 10 km de Paris, et j’ai gagné hahahah. Alors tout ça pour te dire que je suis tres fière et impatience de vivre cette course à tes côtés meme si je risque de faire le double de ton temps lol, c’est pour moi un très gros challenge !
    Bon courage pour demain, tu as tout mon soutien, dépasse tes limites et aie confiance en tes capacités on sait tous que tu vas y arriver !

  14. Marie Leblanc 30 septembre 2017 / 7 h 16 min

    Bravo pour ce partage. Et Good luck pour dimanche :)

  15. Ju 30 septembre 2017 / 7 h 56 min

    Bn courage pour ta course aujourd’hui; j’ ai fait une partie du parcours jeudi et les petits chemins ce transforment vite en ruisseaux les jours de pluies! Attention! En tout cas tu a l’air extrêmement déterminé! Bonne course et j’espère que tu aura de bonnes sensations.

  16. Aurélie 30 septembre 2017 / 8 h 04 min

    Quel plaisir de te découvrir un peu plus merci pour ton article qui est très beau car on le sent très vrai

  17. Gwen 30 septembre 2017 / 9 h 00 min

    Super article !
    Faire du sport est pour moi le seul endroit où on se sens vraiment vivant !

    Bonne revanche pour ta course d’aujourd’hui !

  18. Laura 30 septembre 2017 / 12 h 50 min

    C’est super Matthieu!
    Maintenant il faut venir pour le Grand Raid à l’île de La Réunion, 3 courses, 3 distances différentes… des paysages magnifiques et du dénivelé !
    Bon courage pour la suite.

  19. AUDREY 30 septembre 2017 / 13 h 02 min

    Super article confession ! :)
    J’ai une petite question du coup… J’aurais aimé savoir si, depuis que tu t’es vraiment remis à faire du sport, tes crises d’angoisses ont totalement disparu ou si elles sont tout de même présentes parfois ? Merci :))

  20. Sandra 30 septembre 2017 / 21 h 10 min

    Je viens de lire ton article , et autant être honnête je n’écris jamais de commentaire . Qu’on se le dise , je déteste courir ! Et pourtant en lisant bien tout ceci , je comprends maintenant pourquoi on me conseille tant de faire du sport . Je fais énormément de crises d’angoisses , je suis une « hyper sensible  » et les aléas de ma vie font que , je dois apprendre à vivre avec toutes ces sensations horribles qui font parties de moi . Je pense que j’ai eu envie d’écrire parce que ça fait du bien , ça rassure de voir que certaines personnes sont passées par là , et pourtant … Tu vois , sincèrement je ne te pensai pas comme  » ça  » , pas autant sensible et je trouve ça bien qu’un homme assume tout ça . Bonne soirée Mathieu

  21. Math 1 octobre 2017 / 18 h 29 min

    Elles ont totalement disparu. Tu n’y penses plus et tu apprends que ces crises tu les produits toutes seule. :)

  22. Math 1 octobre 2017 / 18 h 30 min

    J’aimerai bien :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *